Dites que vous êtes humain

Comment l’art convoque les complexités d’une époque décomplexée ?

Il y avait un biais genré, qui sous entendait que les femmes étaient fragiles et que les hommes étaient dominants avec la volonté d’exercer leur pouvoir sur les femmes et sur les autres. Des généralités qui empêchaient chacun de vivre à sa manière. Des simplifications nécessaires pour pouvoir penser la complexité ? Il fallait en sortir. Et c’est toutes les questions existentielles qui se retrouvaient relocalisées à l’échelle de chacun et posées à la société tout entière, à sa hiérarchisation, ses modes de gouvernance, notre structuralisme conformé, notre soumission prétendue à des systèmes qui soi-disant nous contrôlent.

Nous pouvions changer cela et l’art pouvait s’en saisir en se resituant au centre des échanges et des expérimentations, dans des lieux où encore l’art n’avait pas été révélé autrement que sur les murs et dans les musées, dans des formes protohistoriques de l’art. Tenter des expériences, déterritorialiser nos usages, nos croyances, nos modes de vie pour mieux faire émerger ce qui nous dérange et permettre à chacun d’exercer la liberté de créer, de penser, d’expérimenter et par lesquelles peuvent être identifier des rapports à soi et aux autres pouvant être saisis et réappropriés par tous.

Vivre, afin de vivre encore, ou enfin, à la hauteur de notre idée de la liberté, c’était déjà une forme d’art à condition qu’il ne s’agisse pas d’un repli sur soi ou communautaire malgré notre besoin de nous rassembler entre individus ayant les mêmes définitions de ce que c’est qu’être et être ensemble. La liberté, à condition de prendre en compte l’ensemble du vivant et nous reconsidérer au sein d’un écosystème fragile pour une part et autoritaire pour celui que nous avions accepté de subir pour nous-même et que nous avons imposé à tout. Reconnaitre qu’être humain, si c’est encore possible de l’être et de l’assumer, c’est à présent pouvoir intégrer à nos concepts de liberté l’ensemble des espèces, le vivant et même bien plus encore en reconsidérant nos échelles de valeur qui jusqu’ici nous ont autorisées à nous penser au-dessus des autres. Une liberté constituée de notre responsabilité et qui peut être une forme de liberté nouvelle avec laquelle il nous est donné la possibilité de composer.

Des humains, des hommes, des femmes, des un peu des deux, des non-binaires, des indéterminés et ne voulant surtout pas l’être, tout ce qui fait de nous la complexité de notre espèce et qui n’est pas si étrangère aux autres. Être humain, l’assumer ou le questionner à l’infini pour devenir ce que nous sommes plutôt que de le demeurer et nous figer dans un temps et une temporalité donnée. Questionner et identifier ce que nous pourrions faire encore autrement, l’art le pouvait, les artistes le faisaient, à l’avant-garde ou juste en cohérence, en concordance avec cette responsabilité nous permettant de nous redéfinir nous-même, les autres, humains ou non-humains vivants sur terre ou ailleurs.

Ludovic De Vita, 2023

Origine d’une édition

L’édition « Dites que vous êtes humain » est issue d’un travail réalisé lors de la résidence d’artiste Mignone organisée à Migné en Région Centre-Val de Loire par le Centre d’Art Performatif BOUCHERIE. À l’initiative du développement du Parcours Mignonne… Allons voir si la rose, qui a vocation à proposer des itinérances sur les communes participantes et la découverte de l’art en milieu rural, le Centre d’Art Performatif BOUCHERIE invite les artistes à développer leurs recherches pour la réalisation de propositions artistiques en relation avec le contexte du terroir et le patrimoine rural et naturel de la Brenne.
Indépendamment de son contexte d’émergence, l’édition « Dites que vous êtes humain » est une invitation aux artistes de tous horizons à proposer, en fonction de leur pratique, une synthèse de leur recherche en rapport avec les thématiques abordées et qui sera ajoutée à l’ensemble des propositions existantes.
Pour rejoindre le projet envoyer votre proposition à BOUCHERIE Centre d’Art Performatif :
https://boucheriecentredartperformatif.com/

L’édition « Dites que vous êtes humain » et le Parcours Mignonne… Allons voir si la rose sont organisés dans le cadre du Printemps des Poètes par BOUCHERIE Centre d’Art Performatif en collaboration avec Coexistences et réalisé dans le cadre de l’appel à projets « Patrimoine, Tourisme et Création artistique » avec le soutien de la Région Centre-Val de Loire, labellisé Nouvelles Renaissances 2023 et en partenariat avec le Parc Naturel Régional de la Brenne, les Mairies de Migné et Rosnay et Rue Française Plateforme créative pour l’art.